Boire les nuages - Marie-Hélène FERRARI

Boire les nuages dans une tasse de porcelaine, nouvelle, 34 p. 4 € ( 2008

Boire les nuages.jpg

Boire  les nuages dans une tasse de porcelaine

 Nouvelles amoureuses  et tendres, pour un instant de confidences partagées.

"Laissez-moi aimer" dit l'auteur qu'on connaît peut-être davantage pour être l'auteur du commissaire Pierucci. Un registre bien différent. Oscillant entre la confidence, et le conte, le récit décline les gammes de la rencontre amoureuse, ou de la solitude, c'est selon. Un livre tendre et musical, intimiste.

Marie-Hélène Ferrari

 Professeur de français de métier et de coeur, elle enseigne actuellement au lycée de Porto-Vecchio.

Curieux parcours, commençant par la fac de droit, les beaux-arts et l'IUT de comptabilité à Dijon où les hasards de la vie l'ont conduite. Puis elle change radicalement sa vie en reprenant le chemin de l'université pour valider un CAPES externe de lettres modernes. L'écriture finalement est sa seule constante.

Proposant des œuvres variées, elle s'illustre dans le drame néoromantique, avec Mélusine, puis dans les nouvelles, centrée sur la vie contemporaine corse, Cruauté Ordinaire, ou bien encore dans des pièces tels Pandora !. Elle intègre alors les éditions Clémentine où elle rencontre véritablement son public, avec Un Goût amer et sucré comme le silence, ensemble de nouvelles sur la vie et le couple. On peut compter également sur À peine un demi-siècle, qui raconte l'histoire d'un homme d'une cinquantaine d'années qui refuse de vieillir, livre qui a particulièrement divisé et intrigué ses lecteurs, certains y voyant une comparaison entre l'auteur et le personnage, d'autres y remarquant un style lourd et changeant comparé aux autres oeuvres. Le recueil de nouvelles lui fait trouver son public et lui permet de varier son registre. l'auteur décide alors de faire publier les premières aventures de Pierucci. En effet, le roman policier la passionne plus que tout et c'est avec son goût pour les mots, qu'elle met le commissaire i au monde( les aventures du commissaire Pierucci, dans Le Destin ne s'en mêle pas, plus grosse vente sur les plages en été 2006 sur la Corse, où une petite veuve va causer autour d'elle bien du tracas... Le deuxième tome des aventures de l'irascible commissaire confronte le lecteur avec le délicat problème des luttes d'influence, et montre à ce dernier un début de la complexité psychique du personnage. Quant au troisième, il nous plonge dans l'histoire douloureuse des montagnes de En deça des Monts, Sainte Lucie, Carbini, pour une enquête terrifiante,qui tient le lecteur en haleine de bout en bout. Ces deux suites de Pierucci se sont classées comme le premier opus en tête des ventes en Corse, et ont ancré le commissaire Pierucci dans le paysage du policier insulaire. Après l'horreur, Pierucci revient, avec "l'Enfant" il poursuit son chaotique chemin de vie, dans une verdeur désespérée. Le 4eme tome précède "L'obscure patience de la cellule" qui parle encore de chemin de vie brisé, et d'un Pierucci qui se dresse contre les satanistes. Durant ces deux derniers tomes, à travers les souffrances et la complexité de l'irascible commissaire,on découvre un personnage moins monolithique et de plus en plus attachant. Après une interview avec Michèle Don Ignazi, sur Via Stella où la gourmandise de Pierucci était dénoncée, il nait un livre de cuisine, une "promenade gastronomique", que le commissaire partage avec son public. L'auteur a aussi écrit une série de science fiction qui débute avec "la Chronique des dômes". Le sentiment amoureux et la tendresse sont au centre du dernier ouvrage paru: "Boire les nuages dans une tasse de porcelaine" aux éditions a Fior di carta. Elle a aussi corédigé un guide de Bonifacio. à paraître: "Un trou dans le vent"

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau